28/05/2011

Décidément un peu différent

Je vous avais raconté la complicité des filles. Pendant ce temps, Gaspard passe des heures à jouer avec tout ce qui roule. En grand modèle: son vélo ou son tracteur avec lesquels il arpente le jardin. 

Et puis un bac entier de petits véhicules accumulés au fil des ans par Loris et Sam. Car Gaspard est le premier de nos fils à aimer les petites voitures.  Elles attendaient patiemment que des petites menottes les manipulent et leur inventent des histoires...

 

P1170908.JPG

P1170915.jpg


 

 

18:21 Écrit par jacques et fabrina dans Gaspard | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

27/05/2011

Drôle de journée

SI J’ÉTAIS TON CHEMIN…
                            Musique Art Mengo / Paroles Yves Duteil 

Assis près du grand saule au milieu du jardin,
Comme à tes premiers jours, penché sur ton couffin
Quand je berçais tes rêves à la tombée du soir
J’essaie d’imaginer le cours de ton histoire,
Les lignes de ta main
Si j’étais ton chemin…

Je me ferais discret dans l’ombre de tes pas
Pour t’aider à grandir et pour t’ouvrir la voie
Je serais la poussière qui s’envole à tes pieds
Un peu de mon bonheur qui colle à tes souliers


Je t’aimerais au point de te lâcher la main 
Pour que tu sois le seul à choisir ton destin
À dessiner ta route en puisant au hasard
Les raisons d’espérer et la force d’y croire
Si j’étais ton chemin
Si j’étais ton chemin…

Je construirais des ponts des tunnels des ouvrages
J’ouvrirais des sentiers partout sur ton passage
Pour que tu puisses aussi t’écarter quelquefois
Des pistes balisées qu’on a tracé pour toi


Je t’apprendrais les mots pour soigner les blessures
Les signes éparpillés le long de l’aventure
Pour te montrer le Nord quand tu te crois perdu
Les silences attendris de ceux qui ne sont plus
Mais qui tiendraient ta main
Si j’étais ton chemin…

J’irais cueillir ton rêve au plus fort de la nuit
Le planter dans la terre et l’inonder de pluie
De lumière et d’amour au soleil de midi
Pour que tu rêves encore chaque jour de ta vie


Je ne t’épargnerais ni le temps ni l’effort
Pour que tu sois debout devant les coups du sort
Solide et résistant face à l’adversité
Riche de ton courage et de ta liberté

Et je déposerais quelque part une pierre 
Pour te laisser t’asseoir, offrir une prière
À tous ceux dont l’histoire t’a mené jusque-là
Et pour ceux qui suivront la trace de tes pas
Si j’étais ton chemin
Si j’étais ton chemin…

Et nous serions semblables aux bulles de savon
Qui font la route ensemble et puis qui se défont
Dans le même courant, chacun de son côté
Mais sans aucun désir au fond, de s’éloigner…



Puis je m’effacerais comme un sentier se perd…
En refaisant parfois le chemin à l’envers
J’aurai le sentiment d’avoir rempli mon rôle
Et je m’endormirai à l’ombre du grand saule
Où je berçais sans fin 
Le début de ta vie…

Au-delà des bonheurs partagés en commun
Saurai-je alors enfin
Si j’étais ton chemin ?...

Si j’étais ton chemin ...

http://www.youtube.com/watch?v=GgJWxnkvJqk

10:22 Écrit par jacques et fabrina | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

22/05/2011

Mimétisme

Alors que pour Fabrina, les différences entre Soline et Lison s'imposent de façon évidente, vicérale, je dois bien avouer que pour moi ça ne l'est pas toujours...

Ce matin encore, j'étais frappé par leur ressemblance!

On ne peut pas se fier aux vêtements puisqu'elles ont pris l'habitude d'en changer sans nous en parler. Non pas qu'elles en jouent, mais elles respectent le choix de chacune et si l'une préfère les habits de l'autre...

Heureusement, un comportement, une mimique, une intonation, un sourire me mettent parfois sur la piste.

Et quand je me trompe encore, elles me regardent afin de voir si je suis sérieux et quand elles voient que c'est le cas, me reprennent de façon autoritaire pour signaler ma méprise !

Je n'ai pas pu m'empêcher de prendre une petite photo pour "justifier" mon désarroi :

 

 

 

Jacques

 

P1170886.JPG

09:30 Écrit par jacques et fabrina | Lien permanent | Commentaires (12) |  Facebook |

15/05/2011

A 2, naturellement!

Ces deux-là deviennent inséparables. J'avais déjà laissé sous-entendre leur complicité grandissante.

C'est de plus en plus évident, de plus en plus naturel.

Entre quelques éclats de voix, sautes d'humeur ou jalousies, Soline et Lison passent du temps ensemble, beaucoup de temps. Des heures et des heures à jouer, s'inventer des histoires, endosser des rôles, tantôt classiques comme la maman et son bébé, tantôt improbables comme la voisine et la vieille dame...

Rien n'est organisé, tout se fait spontanément... inévitablement.

 


Lison et Soline

P1170786.JPG

 

 

P1170860.JPG

 

 

Soline

P1170866.JPG

 

 

 

Lison

P1170867.JPG

 

 

 

21:53 Écrit par jacques et fabrina | Lien permanent | Commentaires (15) |  Facebook |

13/05/2011

Une seule maman!

Soline: "maman, tu me prends dans tes bras?"

Lison (qui se trouve déjà dans mes bras): "mais Soline, tu vois bien qu'on a pas 2 mamans!"

C'était justement ma fête dimanche passé (comme certaines d'entre vous)

et chacun à leur manière, mes enfants ont rendu cette journée un peu spéciale.

 

 

11 mai 2011.jpg

 

Maintenant, je peux me mirer dans la pièce de mon choix

Un bleu pour ma chambre

Un jaune pour la salle de bain

Un rose pour le living

...

 

11 mai 20111.jpg

 

19:57 Écrit par jacques et fabrina | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

06/05/2011

Pour des pieds tout doux!

 

Quelques heures à 2

Un endroit zen

 

P1170520.JPG

 

Le sentiment d'être des privilégiés

 

P1170518.jpg

 

Redonner un peu de douceur à nos pieds

Se laisser faire par les petits poissons pédicures

 

P1170530.jpg

 

P1170536.jpg

 

P1170534.JPG

 

Edit:  

Aussitôt les pieds dans l'eau qu'ils se sont précipités. Nous avons gardé les pieds dans le bassin pendant 15 minutes et ils n'ont pas décollé. Ca grouille et ça provoque une sensation assez spéciale comme de toutes petites décharges électriques. Qui ne sont absolument pas douloureuses, je précise quand même. Par contre Stéphie, je comprends ta réaction car les premières secondes j'avais plutôt envie de retirer les pieds mais on se fait vite à la sensation.

Pour le résultat, je ne l'ai pas trouvé exceptionnel mais j'avais lu que pour l'optimiser, il faut biensûr répéter l'opération...

Ca se passait ici:  http://www.pairidaiza.eu/fr/index.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

13:57 Écrit par jacques et fabrina | Lien permanent | Commentaires (12) |  Facebook |

01/05/2011

Des journées bien remplies

A tel point que lorsque nous nous arrêtons quelques instants, un sentiment de culpabilité m'envahit, l'impression de ne pas faire ce que je devrais ! J'ai encore du boulot à faire sur moi-même.

Bref, des matinées où les lardons nous suivent comme nos ombres et nous ne nous imaginons pas sur ce mode pour la journée entière. alors nous réclamons un peu d'espace, un peu de liberté dans nos mouvements.

Ils ont tellement bien compris le message qu'au bout d'un long

moment de calme, nous mettrons du temps pour les retrouver dans la prairie d'à côté. Paraît-il en train de jouer au chaperon rouge...

 

1 mai 2011.jpg

 

Il faut garder le rythme, suivre leur dynamisme, parce que ça ne s'arrête jamais!

 

1 mai 20111.jpg

 

Et puis en fin de journée, quand on a l'impression d'avoir tout donné, on change les règles et nous proposons, nous cadrons une dernière activité afin d'éviter les dérapages bien connus dans le monde des multiples auxquels nous n'échappons pas, il faudra un jour que je vous raconte...

 

1 mai 20112.jpg

 

 

20:35 Écrit par jacques et fabrina | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |