10/03/2011

Y a du trafic

Mais de quoi?

 

 

 

P1160947.JPG

 

Je n'aime pas rentrer dans le jeu (ou plutôt le commerce) que l'on impose à nos enfants. Je ne vais pas faire mes courses dans telle enseigne pour revenir avec le paquet de cartes convoitées ni faire pour 20 euros d'achat afin d'obtenir le bonhomme coloré qui manque à la collection.

Chez nous, les collections spontanées sont plutôt des collections de cailloux originaux et de batons trouvés au détour des balades natures.

Je n'ai donc pas fait grimper les ventes de ces petits élastiques colorés que vous connaissez certainement.

Et pourtant, ils ont fait leur apparition chez nous, en nombre.

Et chaque soir, à l'heure du bain, lorsque les poignets se dénudent, c'est le même rituel: 

les échanges en tous genres


 

 

 

P1160948.JPG

 

 

08:46 Écrit par jacques et fabrina | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

08/03/2011

"Soline, tu discutes avec moi?"

Voilà une petite phrase entendue dans la bouche de Gaspard. Un frère et une soeur jumeaux, ce sont des parfaits interlocuteurs de jeu.  Ils sont tout de suite sur la même longueur d'onde, ils n'ont pas besoin d'établir les règles, ils ont envie de la même chose, la même tournure de jeu. Peut-être parce qu'ils se connaissent très bien, peut-être parce qu'ils ont le même âge?

Ca n'empêche pas les disputes, les désaccords mais ils se règlent aussi plus naturellement, enfin, pour le moment...

 

 

26 fvr_2.jpeg

 

20:01 Écrit par jacques et fabrina | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

06/03/2011

Un avant goût...

... des futures belles journées d'été.

 

LisonP1160938.jpg

 

P1160940.JPG

 

P1160942.JPGSoline

 

 

19:14 Écrit par jacques et fabrina | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

27/02/2011

Attachants bourricots

Nous avons fait une visite un peu particulière...

 

P1160890.JPG

... aux ânes du pays des colinnes

P1160923.JPG

 

Pause caresseS!

P1160893.JPG

P1160903.JPG

P1160908.JPG

 

P1160918.JPG

 

 

21:42 Écrit par jacques et fabrina | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

19/02/2011

On peut rêver

S'il y a bien un moment où j'aimerais avoir le don de duplication ou une baguette magique qui me permettrait d'ajouter un bras, une tête, c'est celui de la sortie de l'école.

Inlassablement, je suis impatiente de les retrouver, les voir, les toucher, les regarder, les écouter et invariablement, je suis déçue.

Nous sommes séparés pendant une journée entière. Chacun vit sa vie. Du haut de leurs 3 ans (encore si petits),  ils ont du respecter les règles, se débrouiller, attendre, partager, se contenir, se maintenir, apprendre, essayer, rater, recommencer, patienter... 

Lorsqu'ils passent la grande porte bleue, ce dont ils ont peut-être le plus besoin, ce sont les bras de maman, comme la plus part des enfants de leur âge. Oublier un instant qu'ils sont triplés et qu'il faut encore et toujours partager et que beaucoup de gestes quotidiens se font à la chaîne. Se laisser aller et  se ressourcer chez maman, lâcher la pression d'une journée d'école mais la réalité reprend du terrain.

Dans ce cas là, je voudrais être une maman pieuvre mais une gentille pieuvre. Qui pourrait les prendre tous et les apaiser, leur parler doucement, presqu'à l'oreille.

Mais non, je dois cadrer, structurer, encore, pour emmener tout ce petit monde jusqu'à la voiture sans attirer tous les regards. Je n'ai même pas suffisamment de main pour tous. 

Bien sur, lorsque nous  arrivons à la maison et que chacun a pris son 4h, chaque lardon trouve son moment pour squatter seul, les genoux de maman, les tensions diminuent et la soirée peut ainsi débuter mais chaque jour, je garde la trace de cette frustration.

Une maman qui rêve parfois de se transformer en pieuvre.

 

 

 

Image.jpg

 

Petite anecdote: un jour de cette semaine, les filles passent la porte toutes les 2, me jètent littéralement leurs cartables aux pieds, et retournent aussi vite dans la cour en me disant qu'elles ont perdu leur frère. Ils reviennent tous les 3 quelques minutes plus tard mais avec Gaspard en pleurs car "j'avais perdu mes soeurs" me dit-il...

 


07:26 Écrit par jacques et fabrina | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook |

16/02/2011

Tout évolue

Ils réclament des devoirs "comme les grands" alors que dans quelques années à peine,

la motivation ne sera peut-être plus si forte.

 

Soline et Salomé

P1160851.JPG

P1160852.jpg

 

 

P1160853.jpg

 

P1160854.JPG

 

 

P1160855.JPG

 

 

 

 

17:03 Écrit par jacques et fabrina | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

14/02/2011

C'est de circonstance

Ce dimanche, Lison s'est glissée dans le divan entre son papa et sa maman et a déclaré:

"on dirait que vous êtes des namoureux..."

09:08 Écrit par jacques et fabrina | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |